Et si on faisait notre « mise à jour » en 2020 ?

49

Plusieurs fois par mois, nos smartphones, nos tablettes, nos appareils connectés et nos ordinateurs nous proposent – voire nous imposent – des mises à jour supposées nous permettre d’acquérir la dernière petite astuce pour faciliter l’envoi d’un e-mail, obtenir la dernière version de telle application ou améliorer l’enregistrement d’un tableau Excel.

Notre quotidien est fait de mises à jour et, même si parfois nous aurions juste envie de nous plonger dans notre travail, nous attendons gentiment que nos machines s’actualisent. Car nous savons qu’elles le font pour nous faire profiter de leurs toutes dernières connaissances et astuces.

On ira sûrement dire aux collègues à la machine à café que cette mise à jour s’est encore lancée toute seule et qu’on avait d’autres priorités mais, au fond de nous, on a l’assurance qu’à notre retour au bureau, le smartphone, la tablette et l’ordinateur seront au top, à 100 % de leur capacité et qu’ils nous offriront ce qu’ils ont de mieux pour nous faciliter notre travail. 

Pourquoi seuls les ordinateurs et logiciels devraient se mettre à jour pour être plus performants ? A quelle fréquence devrions-nous faire notre propre mise à jour pour rester pertinents ? Et si notre survie dans le monde du travail dépendait de notre capacité à se mettre à jour ?

Belle lecture à tous. 

Articles thématiques

  • Quelles formations suivre en 2020 ?

    Comment choisir la bonne formation ? Y a-t-il des formations à la mode ? Combien ça coûte ? Les entreprises ont-elles conscience de l’apport des formations ? Ces questions et bien d’autres sont abordées dans ce numéro d’OpenSpace qui apporte des premiers éléments de réponse. 

    Chaque année en Belgique, des milliers de personnes suivent une formation dans le cadre de leur travail. Combien exactement ? Impossible à dire, car les formations sont à la fois proposées par des structures privées et publiques et destinées à des personnes avec des statuts différents (travailleurs, chômeurs…). Les spécialistes estiment cependant que plusieurs centaines de milliers de Belges sont formés chaque année dans notre pays. Les propositions de formation sont nombreuses et le nombre de participants augmente d’année en année. Ceci s’explique, entre autres, par trois facteurs.

    Premièrement, un facteur législatif. Depuis 2017, les entreprises doivent permettre à leurs salariés travaillant à temps plein de bénéficier d’un minimum de 2 jours de formation par an avec un objectif d’arriver à 4 jours (pour les entreprises de moins de 20 employés) et 5 jours (pour les entreprises de plus de 20 employés) par an pour chaque travailleur en 2020-2021. (voir notre article « Que dit la loi ? »)

    Deuxièmement, un facteur mode. La formation a, depuis plusieurs années, le vent en poupe. Les employeurs y voient une manière de valoriser leurs employés et ceux-ci, une manière d’acquérir de nouvelles compétences en vue d’une éventuelle évolution professionnelle. 

    Enfin, troisième facteur, la nécessaire évolution. Dans un monde en constante évolution, il est important de s’adapter à un marché qui change et qui se caractérise par l’apparition de nouveaux métiers technologiques.

    Encore faut-il faire les bons choix…


    Des emplois qui disparaissent, évoluent, et se créent

    Qui, en 2000, aurait compris ce qu’était un community manager, un pilote de drones, un chef de projet numérique ou encore un animateur 3D ? Pas grand monde. Et pourtant, ces métiers font aujourd’hui partie intégrante de certaines entreprises. Et ce n’est pas fini. 

    La dernière étude dédiée d’Agoria (2019) met en lumière l’impact de la digitalisation sur le marché du travail… et il est grand ! Elle estime ainsi que quelque 4,5 millions de travailleurs devront renforcer leurs compétences dans les prochaines années en Belgique, que certains emplois disparaîtront et que d’autres changeront du tout au tout. Mais surtout, beaucoup de nouveaux postes vacants apparaîtront. Si nous n’anticipons pas cette évolution, pas moins de 584 000 postes seront vacants en Belgique en 2030, alors qu’avec 143 000 postes en 2018, la Belgique affichait déjà le taux de vacance le plus élevé d’Europe. De plus, 310 000 travailleurs et chômeurs devront se reconvertir pour décrocher un nouvel emploi durable. 

    Nous sommes donc face à un défi majeur : former les personnes qui recherchent un emploi, mais également celles qui ont un emploi et qui doivent s’adapter aux nouvelles technologies.


    Des freins persistent

    Quand on questionne les responsables de formation au sujet de l’apprentissage de leurs collaborateurs, ils identifient généralement deux facteurs qui peuvent freiner le recours aux formations : le temps et le coût.

    Si le temps est en effet une ressource limitée (il n’y a que 24 heures dans une journée…) et non stockable (impossible de le « garder » pour plus tard), il peut par contre facilement être optimisé dans le cadre d’une formation. 

    En effet, les formations présentielles ne sont pas une fin en soi. Si certaines formations doivent se donner en présence d’un formateur et d’un groupe, comme c’est le cas de la plupart des formations comportementales qui impliquent des changements d’attitude chez le collaborateur, pourquoi demander à ses collaborateurs de prendre la route – parfois très tôt – pour aller – parfois très loin – suivre une formation qui pourrait facilement se donner à distance ? Il est essentiel de définir les formations qui peuvent faire l’objet d’un apprentissage en ligne, communément appelé e-learning.

    Le coût peut aussi, dans le cadre de la formation, être un frein au développement professionnel des collaborateurs. Des formations via une société privée peuvent coûter très cher. La fourchette de prix s’étire généralement de 600 à 1 200 euros par jour de formation. Il existe d’autres solutions. Les formations publiques, parfois entièrement gratuites, en sont unes. Tout comme les nombreuses possibilités de primes, européennes et régionales*. Pour aider les entreprises à optimaliser le coût des formations, certaines sociétés se sont spécialisées dans l’accompagnement pour les demandes de primes. Un rapide tour sur Internet permettra de se faire une idée.


    Une offre de plus en plus humaine

    Alors que les années 90 et 2000 offraient la plupart du temps des formations pour faire monter en compétences, les années 2010 ont vu de nouvelles formations apparaître. Il s’agissait moins d’apprendre à faire que d’apprendre à être. Toute une série de formations à la communication (être à l’écoute, s’exprimer face aux autres…), à la gestion d’équipe, du temps, du stress, etc. ont ainsi vu le jour. La raison ? Les entreprises ont compris qu’en 2020, l’efficacité, le rendement ou encore la pérennité de leur société ne se mesurent pas uniquement aux connaissances ou au savoir-faire de ses collaborateurs. Leur épanouissement, la compréhension d’eux-mêmes, leur manière de communiquer… sont autant d’enjeux qu’il est capital de développer et de mettre au centre des formations. La valeur d’une entreprise est bien plus que la somme des compétences techniques de ses collaborateurs. Elle est aussi l’âme à laquelle ils peuvent se raccrocher entre eux pour raconter l’histoire de la société au sein de laquelle ils évoluent. Les formations sont centrées sur l’individu.

    L’idée n’est pas seulement d’acquérir une compétence professionnelle, mais bien une connaissance de soi. Avec de beaux résultats. Gamelearn, plateforme d’apprentissage par le jeu (oui, oui, comme pour les enfants) pour la formation en entreprise, est ainsi devenu leader mondial de la formation à distance par le jeu en seulement quelques années. D’autres start-ups connaissent de réels succès en offrant des formations « décalées » ou « disruptives ».


    Les solutions de demain ? 

    Avez-vous déjà entendu parler de Blended Learning ou Apprentissage hybride ?

    Il s’agit d’une méthode d’apprentissage qui combine des moments de formation en ligne (e-learning) et de formation en présentiel. Cette solution donne l’occasion aux entreprises et aux apprenants de disposer d’une certaine maîtrise sur le Quand, le Où et le Comment, et donc d’avoir un contrôle et un regard précis sur le coût, le timing et les moyens à mettre à disposition. Plusieurs sociétés ont recours aussi à la réalité virtuelle et à la réalité augmentée dans leurs formations. De plus en plus abordables, ces solutions permettent de plonger les apprenants dans des environnements qui simulent des situations complexes. Manpower, par exemple, utilise la réalité virtuelle pour simuler des accidents graves sur les chantiers et apprendre à avoir les bons gestes. Certains organismes font, quant à eux, appel à la réalité virtuelle pour permettre à des chercheurs d’emploi de tester des métiers grâce à l’immersion.

    Autant de possibilités qui s’offrent aux entreprises et qu’il est important de prendre en compte. Car se former, c’est se donner les moyens de sortir de certaines habitudes souvent un peu usées, c’est aller à la rencontre de nouveaux métiers émergents, c’est trouver sa place dans un monde en mouvement, c’est aussi pérenniser son activité et celle de sa société dans un univers souvent compétitif. Vous n’avez, tout comme nous, plus aucune excuse en 2020.

Inspiration

  • Que dit la loi ?

    Le droit du travail évolue en permanence et la loi concernant les formations a elle aussi changé ces dernières années.

    Depuis 2017, la loi prévoit que chaque entreprise peut proposer à ses collaborateurs 5 jours de formation en moyenne par équivalent temps plein et par an. 

    Cette moyenne ne doit pas obligatoirement être atteinte directement et peut faire l’objet d’une progression au fil des ans. Cependant, chaque travailleur a droit à 2 jours de formation par an (1 jour pour les sociétés qui emploient moins de 20 collaborateurs). S’il s’agit d’un travailleur à temps partiel ou entré en cours d’année, le calcul se fait au prorata du nombre de mois de service au sein de l’entreprise.

    Il appartient à chaque secteur de déterminer les efforts de formation en définissant le nombre de jours consacrés à la formation (ce nombre ne peut être inférieur aux années précédentes) et les formations prises en compte.

    De plus, chaque entreprise a le devoir d’informer chaque nouveau travailleur de l’existence d’un compte formation individuel. Ce compte reprend l’identité du collaborateur, son régime de travail, la commission paritaire compétente, le nombre de jours de formation dont le salarié dispose ainsi que le nombre de jours suivis dans l’année. 

Le saviez-vous ?

  • 40 à 70%40 à 70%

    De 40 à 70 %, c’est ce que certaines primes à la formation des gouvernements régionaux proposent de rembourser aux entreprises qui souhaitent former leur personnel.