Good food, good mood :-)

32

Le monde actuel est en pleine réflexion sur la manière dont il produit et consomme la nourriture dont il a besoin. De nombreuses voix s’élèvent pour signaler qu’il faut changer certains comportements et pour dire que ce que nous mettons dans nos assiettes n’est pas bon. Il n’est d’ailleurs pas étonnant que certaines initiatives et sociétés voient le jour autour de cette thématique du « mieux manger ».

En dehors de toute polémique, il est essentiel de rappeler que notre corps est une machine et qu’il est donc important d’en prendre soin et de l’entretenir. Cela passe par le sport mais cela passe aussi par ce que l’on mange. Manger sainement est bon pour la santé. Mais pas seulement. C’est également bon pour le travail... On est plus concentré, plus efficace et … plus heureux. Bonne lecture.

Articles thématiques

  • « Que ton alimentation soit ta première médecine » dixit Hippocrate

    Depuis une dizaine d’années, la nourriture s’est invitée à la table des discussions de beaucoup d’employés et de responsables des ressources humaines. Bon nombre de sociétés, grandes ou petites, proposent en effet désormais à leurs collaborateurs des facilités pour le petit-déjeuner, le dîner ou même le repas du soir sur le lieu de travail. Et le tout, en faisant bien attention à la qualité des aliments sélectionnés. Certaines études, dont le baromètre Ipsos-Edenred 2018, permettent de mieux comprendre là où l’attention RH doit se porter. Explications.

    Peu de gens se rendent compte que les impacts de notre alimentation se font directement dans les heures qui suivent les repas. Pour le dire de manière simple : la qualité et le type d’alimentation que nous consommons au bureau, le matin ou à midi, agissent sur notre esprit et sur nos efforts physiques ou intellectuels pendant notre travail. En 2015, le Bureau International du Travail et l’Organisation International du Travail ont publié la première grande étude mondiale sur le sujet. Et les résultats sont interpellants. Un régime alimentaire trop pauvre, une nourriture trop riche prise sur le lieu de travail ou une alimentation inadaptée peut pénaliser la productivité des entreprises. Cette étude affirme d’ailleurs qu'une meilleure nutrition au travail accroît les taux de productivité nationaux de manière conséquente. Elle démontre aussi que certains programmes alimentaires peuvent prévenir l'obésité mais surtout diminuer le nombre de jours d'arrêt maladie et d'accidents du travail. 

     

    20% de productivité en moins …

    Pour le journaliste et auteur américain Christopher Wanjek « les pays riches sont confrontés au coût exorbitant des maladies chroniques et de l'obésité. L'action de proximité ne fonctionne pas. Fournir une nourriture saine au travail est le meilleur moyen d'amener chacun à manger au moins un repas décent chaque jour mais surtout de lutter contre les accidents et à une baisse de la productivité ». Dans l’étude du Bureau International du Travail de nombreux constats sont mis en avant. On apprend ainsi qu’une personne sur six souffre d’obésité ou de surpoids. On apprend également que mal se nourrir peut réduire la productivité de 20 %. Et qu’en termes de pourcentage, les maladies non-transmissibles, liées au régime alimentaire, représentaient 46 % des maladies et 60 % des décès dans le monde, les maladies cardiovasculaires représentant à elles seules 30 % des morts. Il est par ailleurs démontré que le risque d'absentéisme est deux fois plus élevé chez les travailleurs obèses que chez les travailleurs en bonne santé. Avoir une politique RH en matière d’alimentation est loin d’être futile…

     

    Et en Belgique ?

    En Belgique, la demande pour une alimentation saine et équilibrée est en plein essor. Et le rôle grandissant que peuvent jouer les entreprises dans le bien-être de leurs collaborateurs est de plus en plus reconnu. Aujourd’hui, la pause déjeuner n’est plus un simple break dans une journée mais une occasion de se faire du bien en mangeant sainement pour se sentir mieux l’après-midi.

    La septième édition du baromètre Food d’Edenred (réalisée en 2018 auprès de 25.000 salariés et 1.400 restaurateurs dans 8 pays européens dont la Belgique) met en avant plusieurs aspects intéressants. 75% des Européens s’accordent un moment de pause pour déjeuner (+5% depuis 2014), 27% d’entre eux déjeunent souvent derrière leur bureau, 94% des Belges mangent régulièrement sur leur lieu de travail. Par ailleurs, les Belges restent attachés à leur lunch homemade : pas moins de 57% d’entre eux amènent sur leur lieu de travail un plat fait maison. En 2013, seuls 28% des Européens choisissaient un restaurant en fonction des menus sains. Aujourd’hui, ils sont 43%. Aujourd’hui, 72% des collaborateurs européens (+43pt depuis 2016) estiment qu’une entreprise peut contribuer à l’alimentation saine et au bien-être de ses salariés, à travers plusieurs types de dispositifs. 

     

    Concrètement, quelles actions faire en entreprise ?

    Tout d’abord, il faut oublier une vieille idée. « Nombre de pays et d'entreprises adhèrent encore à ce mot d'ordre d'après-guerre 'engraisser la force de travail' - l'idée étant de fournir au travailleur une nourriture abondante, sans veiller pour autant à la qualité de cette nourriture », fait remarquer Mr. Wanjek pour qui, il faut absolument changer.

    Il existe plusieurs moyens d’y parvenir :
    Certains pays mettent en place des politiques pour aider les entreprises à prendre soin du ventre de leurs collaborateurs. C’est le cas de l'Autriche où 12 % de sa population était atteinte d'obésité en 2001. En 2005, des syndicats et des sociétés se sont associés pour lancer un concept de restauration intitulé « Une Nourriture légère, saine et équitable sur le lieu de travail ». Un concept qui reposait sur 3 piliers : une information massive, une démonstration sur place, un accompagnement des RH.

    Encore plus concret, l’attitude de Google ou Facebook (y compris en Europe) qui a sélectionné des restaurants selon certains critères (bio, recyclage, …) et qui paient les commandes de leurs employés dans ces restaurants.

    Originale également, l’initiative La Ruche qui dit Oui, une start-up française. Elle a en effet installé une cuisine et tous les jours, des employés font à manger pour ceux qui se sont inscrits. C’est la société qui paie les ingrédients (tous bios et de qualité) et les ustensiles nécessaires à la préparation du repas collectif.

    Cela dit, il ne faut pas nécessairement beaucoup de choses pour changer les habitudes alimentaires des collaborateurs. Plusieurs conseils peuvent être appliqués. Premièrement, ne pas installer de distributeurs de canettes et/ou de friandises mais plutôt des points d’eau fraiche et des distributeurs de yaourts ou de fruits. Deuxièmement, proposer des paniers de fruits et/ou légumes ainsi que des jus naturels. Troisièmement, mettre à disposition des collaborateurs des lieux propices à manger est également recommandé (que ce soit via une cantine ou des endroits où les employés peuvent amener leur nourriture). Cela permet aux collaborateurs de ne pas manger devant leur ordinateur mais de s’arrêter et de se ressourcer. Cela permet également de développer la convivialité entre collaborateurs. 

Inspiration

  • Food program

    Depuis plusieurs années, des initiatives associatives, citoyennes et gouvernementales voient le jour. C’est le cas du programme Food, lancé en 2009 et dont l’objectif est de promouvoir l’équilibre alimentaire grâce à des axes de communication novateurs.

    Dans les restaurants, l’intérêt est d’améliorer la qualité nutritionnelle des plats proposés et dans le même temps, de faciliter le choix des consommateurs grâce à une meilleure connaissance de ces améliorations. Plusieurs partenaires jouent le jeu et soutiennent ce programme. C’est le cas de l’Union Européenne mais aussi de sociétés privées comme Edenred.  Présent dans 42 pays, Edenred a en effet développé dans 11 d’entre eux un programme en adéquation avec les préoccupations actuelles des pouvoirs publics concernant la nutrition. Ce programme appelé « Alimentation & Equilibre » a été créé par des experts internationaux afin d’aider les utilisateurs de Ticket Restaurant à bénéficier de menus équilibrés dans les restaurant affiliés. En effet, déjeuner au restaurant peut être synonyme d'alimentation saine et équilibrée.

    Un sujet passionnant dont nous vous reparlerons très prochainement avec des outils concrets à mettre en place dans votre entreprise.

    Télécharger l’infographie du septième baromètre Ipsos-Edenred 2018

  • Créez des habitudes saines à la maison

    Avoir une alimentation saine et variée au bureau est une chose importante. Mais cela n’a aucun intérêt si les comportements ne sont pas les mêmes à la maison. Voici quelques conseils de base pour vous permettre d’adopter les bons réflexes.

    Tout d’abord, et la rengaine est connue, vous devez manger en priorité des fruits et des légumes. On dit qu’il en faut 5 par jour. Ensuite, on conseille généralement de manger plus de poisson que de viande. Troisième conseil : réduire les sucres et les graisses saturées. 4ème conseil : manger moins de sel. Une bonne quantité est 6g de sel par jour. Une quantité que vous avez naturellement dans les aliments que vous ingurgitez. Inutile donc de resaler un plat. 5ème conseil : buvez de l’eau. Il est fortement recommandé de boire entre 6 et 8 verres d’eau par jour. Et enfin, ne vous trompez pas d’importance sur les moments clefs de l’alimentation. Ce n’est pas le soir mais bien le matin que vous avez besoin de plus d’énergie … à brûler. Privilégiez donc un petit déjeuner copieux et mangez avec modération le repas du soir. 

     

    Source

Le saviez-vous ?

  • 119€119€

    Les Belges dépensent en moyenne chaque semaine 119 euros pour leur alimentation.

    Source : Observatoire de la Consommation Alimentaire.