Le pouvoir d’un MERCI

30

A l’école et à la maison, on a tous appris, et on apprend tous à nos enfants ou petits-enfants, l’importance de la politesse. « Dis merci à la dame » ; « « Dis s’il te plait » ; « N’oublies pas de saluer les gens quand tu rentres dans une pièce », …

Dans le monde professionnel, le "merci" est devenu plus rare. Il est resté bloqué quelque part entre l’enfance et les études. Le "merci" en entreprise n’est pas très à la mode. Ni dans les rapports horizontaux ni dans les rapports verticaux. Beaucoup de personnes partent du principe que le salaire ou la facture payée suffisent. « Pourquoi remercier, il a juste fait le job, non ? ».

Et pourtant, la gratitude a quelque chose de magique. C’est un passe-partout qui ouvre bien des portes. La gratitude peut s’exprimer de différentes manières mais elle aura toujours le même impact. La valorisation de celui qui la reçoit. Bonne lecture à tous. Et merci d’être si nombreux à nous lire 🙂

 

Il reste encore quelques places pour notre conférence du 22 mars sur les Talents. Profitez-en ! Cet événement est conçu pour les clients d'Edenred et est 100% gratuit ! Inscriptions via OpenSpace-BE@edenred.com 

Articles thématiques

  • La gratitude en entreprise, c’est quoi ?

    Jusqu’il y a quelques années, la gratitude en entreprise était comme un vieil album photo laissé à l’abandon dans une caisse au grenier. Elle prenait la poussière et personne ne s’y intéressait vraiment. Et puis, certaines études ont démontré toute l’importance d’un rapport de gratitude sur le lieu de travail. Elle augmenterait les émotions positives, diminuerait le stress et permettrait d’atteindre plus rapidement les objectifs. Comment la mettre en pratique? Quand et surtout, sous quelle forme l’exprimer? Autant de questions auxquelles nous allons essayer de répondre.

    La gratitude est un sentiment d’affection, une reconnaissance éprouvée à l’occasion d’un service rendu ou d’un bienfait. La gratitude, ce n’est ni le feedback, ni l’appréciation. La gratitude touche les personnes dans leur intégralité. Tout le monde n’est pas en phase sur la définition même de la gratitude. Par souci de clarté, nous en parlons ici comme d’un synonyme de reconnaissance. Introduire la gratitude en entreprise, c’est faire le pari d’un environnement où chaque collaborateur se sentira valorisé pour ce qu’il est et non uniquement pour ce qu’il fait. La gratitude reconnaît en effet leur valeur en tant qu’être humain et plus uniquement leur valeur directement liée à l’exécution de leurs taches. Par ailleurs, la gratitude implique en nous une prise de conscience que les éléments positifs ou les succès réalisés, sont aussi dus à des tierces personnes : collègues, hiérarchie, employé, collaborateurs externes, … Dans le monde de l’entreprise où la compétition et la territorialité sont souvent érigées en norme, on peut comprendre que la gratitude ne soit pas spontanément exprimée. De manière générale, l’expression de sentiments positifs ou négatifs en entreprise a d’ailleurs longtemps été mal vu. C’était dans le pire des cas considéré comme une marque de faiblesse, dans le meilleur comme une preuve de non-professionnalisme. Cette perception est en train de changer. De plus en plus de RH font en effet entrer dans leur politique de ressources humaines des formations en bien-être, en mindfullness, en empathie, … Objectif : permettre aux collaborateurs de vivre pleinement ce qu’ils sont au sein de la société. Il en va de même pour la gratitude.

     

    Reconnaître oui, mais quoi, en fait ?

    La reconnaissance au travail est donc bénéfique pour tout le monde : employés, société, hiérarchie, … Mais il s’agit de reconnaître quoi, en fait ? Tout d’abord la personne. Il s’agit de porter son attention sur l’individu et non l’employé ou l’ouvrier défini par sa fonction. Cette reconnaissance sera exprimée en termes de relation interpersonnelle ou collective. C’est par exemple la possibilité laissée à ses collaborateurs de prendre quelques minutes le matin pour se saluer ou encore de permettre à ces derniers de participer aux décisions de l’entreprise.
    La reconnaissance de l’effort est également importante. Quel que soit le résultat, c’est exprimer à son collaborateur que ce qu’il a donné de lui-même a du sens et a été remarqué. La reconnaissance ici peut s’exprimer par un « merci » ou par la possibilité laissée au collaborateur de suivre l’une ou l’autre formation ou de réaménager son temps pour permettre d’atteindre les objectifs la prochaine fois.
    La reconnaissance des résultats est une autre manière d’exprimer de la gratitude. C’est la reconnaissance la plus objective pour tout le monde. Elle est quantifiable et mesurable. Souvent, elle est exprimée par les sociétés par des intéressements aux bénéfices ou des bonus voire des augmentations.
    La quatrième reconnaissance est moins évidente et moins connue. Il s’agit de reconnaître la qualité du travail, quel que soit le résultat et l’effort fourni. C’est reconnaître la qualité des arguments de vente, des présentations internes ou externes, la qualité d’un dossier sur le fond, …

    Des bénéfices certains 

    En France, le baromètre 2011 Edenred Ipsos indique que le manque de reconnaissance est le premier facteur de démotivation, avant même la rémunération. Des études similaires dans l’ensemble de l’Europe n’indique pas autre chose. A l’inverse, une reconnaissance purement salariale (par exemple par une augmentation) n’a un effet qu’à très court terme, entre 2 et 3 mois. Après, le collaborateur est déjà habitué à son nouveau traitement. Cela démontre que la qualité des relations humaines et leurs expressions respectueuses et reconnaissantes sont essentielles au bon fonctionnement et à la pérennité d’une entreprise. De manière générale, les recherches scientifiques vont même plus loin. Le manque de reconnaissance aurait un impact négatif direct sur la santé. Pendant de nombreuses années, le Docteur Chris Peterson, un pionnier de la psychologie positive a demandé à ses étudiants d’écrire une lettre de gratitude à une personne qui avait compté pour eux dans la vie. Il a ainsi constaté que les étudiants qui se prêtaient au jeu étaient pris d’un bien-être durable. Un effet renforcé s’ils lisaient cette lettre à haute voix. Il a par ailleurs constaté également que la personne qui recevait la lettre était elle-même heureuse et … rayonnait à son tour sur d’autres personnes. Exprimer sa reconnaissance à autrui (collègue, collaborateur, supérieur, assistant, …) pour ce qu’il nous a apporté ou permis de vivre est donc bien plus qu’une marque de politesse. C’est rentrer dans un cercle vertueux qui fait de ce partage un moteur de bien-être pour celui qui la cultive et pour celui qui en reçoit l’expression. 

     

    Concrètement, en tant que RH, je fais quoi ?

    Seuls 21 % des enfants de 6 ans expriment leur reconnaissance. L’expérience de la gratitude et l’attribution de la responsabilité se consolide entre 7 et 10 ans. En d’autres termes, la gratitude n’est pas innée. C’est plutôt une bonne nouvelle car cela nous permet à tous de nous pencher sur cette expression singulière et de la cultiver (cfr article : Les 6 choses à savoir sur la gratitude). Concrètement, en entreprise, cela passe par diverses actions.

    Première chose, écouter. Ensuite, faire participer les gens à divers processus de consultation et décision. Mais ce qui est essentiel c’est de tenir compte de ce qui est dit et d’améliorer le quotidien des employés. Il ne faut pas uniquement que les collaborateurs se sentent valorisés, ils doivent voir et percevoir que les choses bougent dans leur intérêt et pour qu’ils se sentent mieux. La reconnaissance en entreprise, c’est aussi appliquer les mêmes règles pour tout le monde avec le plus de justesse possible. C’est, enfin, être transparent dans les décisions et dans les objectifs. La vraie reconnaissance, c’est en effet démontrer que malgré les différences hiérarchiques, on est tous dans le même bateau. Pour le pire. Et le meilleur.  

Inspiration

  • La science du bonheur

    Il y a 25 ou 30 ans, parler du bonheur ou de la gratitude avec des termes quantifiables et mesurables faisait passer les scientifiques pour des farfelus. Tout comme le fait de dire que la terre n’est qu’un satellite du soleil. (Gallilée, 17ème siècle). Aujourd’hui, c’est presque la norme. Et la mode.

    Cette vidéo de 8 minutes (en Anglais) de Robert Emmons est l’occasion de découvrir ce qu'est la science des sentiments : amour, bonheur, sagesse, … et, évidemment, gratitude. On monte le son.

  • Les 5 choses à savoir sur la gratitude

    On l’a lu, la gratitude a un certain nombre de bénéfices directs. Le spécialiste américain, Robert Emmons -auteur du livre à succès « Thanks », en dénombre 5 qu’il faut sans cesse avoir en tête.

    1. Tout d’abord, la gratitude permet de mieux dormir.
    2. Elle augmente aussi le bonheur de 25 %.
    3. Elle est génératrice de succès en entreprise.
    4. Elle est aussi responsable de 40 % de notre bien-être général.
    5. Le postulat de Robert Emmons est de montrer que pour être heureux, il vaut mieux ne pas acheter une grosse voiture mais apprendre à être reconnaissant.

     

    Par ailleurs, Robert Emmons signale également que deux points ne doivent pas être perdus de vue concernant la gratitude :

    1. La gratitude est un choix. Elle n’arrive pas par hasard.
    2. La gratitude demande des efforts. Elle se cultive et s’apprend.

     

    Source

Le saviez-vous ?

  • 7 ans7 ans

    L’espérance de vie augmenterait de 7 ans pour ceux qui savent ressentir et exprimer de la gratitude.