rticles thématiques

  • Les « work couple", bon ou pas pour l’entreprise ?

    Depuis quelques années, les spécialistes des relations humaines dans le monde du travail ont développé un nouveau mot : work couple. Ce terme désigne une relation purement platonique mais réellement fusionnelle entre deux collègues. Sur papier, cela paraît bon pour l’entreprise qui dispose de liens solides entre collègues. Mais cela n’est pas si évident que cela. Et puis, entre personne de sexe opposé, la frontière est parfois ténue entre l’amitié et l’amour. Explication.

    Les différents articles consacrés au sujet ne sont pas encore très nombreux. Longtemps taboues, les relations d’amitié au travail sont en effet seulement en train d’être étudiées par les spécialistes des Ressources Humaines et autres sociologues spécialisés. Un terme est apparu depuis peu pour désigner cette relation particulière, work couple qui est composé d’un « work wife » et d’un « workhusband » s’il est composé d’un homme et d’une femme. Aux Etats-Unis, le terme a d’ailleurs été utilisé par la presse pour décrire la relation entre le président George Bush et Condoleezza Rice, sa secrétaire d’Etat. Une relation profondément fusionnelle où tous les deux pouvaient compter sur le soutien indéfectible de l’autre en toutes circonstances.

    On pourrait décrire un work couple comme une histoire d'osmose professionnelle, de complicité et de confidences. Un ou une partenaire de travail auprès de qui on s'élève et se complète, avec qui on partage les pauses et l'heure du déjeuner et qui rend le travail plus léger et plus facile à supporter. On ne parle pas ici de flirt au travail : sous ses allures de lien amoureux, le rapport intime reliant ces deux salariés est purement platonique.

     

    Une relation win-win

    Le gros avantage d’un work couple, c’est que les personnes qui le composent savent qu’elles peuvent tout se dire. Elles se connaissent l’une et l’autre parfaitement et gagnent donc en efficacité et en temps sur toute une série de décisions à prendre ou de tâches à exécuter. Même si parfois elles partagent des détails plus « personnels » de leur vie dont on s’ouvrirait plus probablement en priorité à des amis, les personnes qui sont dans un work couple ont un gros avantage : elles font corps et se soutiennent.

     

    Etre dans un work couple, c’est donc avoir la certitude de n’être jamais seul. C’est aussi savoir qu’on a une forme de sas de décompression à portée de main si besoin où on peut raconter ce qui nous arrive. C’est une relation win-win qui peut cependant parfois engendrer des freins personnels. Certaines personnes sont tellement épanouies dans leur relation avec leur collègue qu’elles refusent parfois des augmentations ou des mutations de postes plus intéressants pour ne pas perdre ce lien particulier.

    Et pour l’environnement ?

    Pour l’environnement personnel et privé d’un work couple, les choses ne sont pas toujours évidentes. Les compagnes ou compagnons respectifs ont parfois beaucoup de mal à entendre parler à longueur de soirée et de week-end à que point le travail est rendu plus agréable grâce à la présence d’un ou d’une collègue. Il y a parfois un peu de jalousie.

     

    Pour l‘environnement professionnel, l’exigence d’un work couple peut aussi susciter des problèmes. L'intensité du lien entre les couples de travail peut être excluant pour ceux qui sont autour et engendrer de petites tensions et jalousies. En termes de loyauté également, la question peut être légitimement soulevée par les managers ou la direction. En cas de décision importante à prendre pour la société, les composants d’un work couple vont-ils  suivre de manière raisonnée leur jugement personnel ou faire bloc ensemble pour ne pas se décevoir ? Et puis, il faut aussi parfois penser que cette relation peut s’arrêter. La question du « divorce » se pose également de la même façon à tous ceux qui constituent un duo complice et fusionnel. Un « divorce » qui peut être source de tensions et de conflits majeurs au sein de certaines équipes, ce qui pourrait rendre le travail pénible pour tout l’entourage.

     

    La stratégie de l’amitié

    Si parfois l’amitié entre collègue est sincère et relève d’un réel « amour », elle peut aussi revêtir un côté beaucoup plus calculé. Certaines amitiés ont en effet un objectif délibéré lorsqu’elles sont liées avec des personnes pouvant s’avérer utiles directement ou plus tard. L’amitié est alors vue et perçue comme un moyen d’obtenir des avantages (recommandations, avancements, …) qu’on n’obtiendrait pas sans ce lien.

     

    Ces « amitiés calculées » ne sont parfois pas vécues de la même manière par les personnes qui la composent. Alors que l’un pense être dans une relation sincère (voire un work couple), l’autre tisse un réseau. Ce qui a été constaté dans ces « relations utiles » c’est qu’elles étaient développées selon plusieurs priorités. La première, c’est dans le réseau proche (collègue directes, N+1, …). L’autre groupe ciblé pour ces « amitiés » est celui des influenceurs de la société, les décideurs mais aussi les personnes qui sont là depuis longtemps et qui peuvent apporter des informations précieuses sur le fonctionnement de la société ou des gens. Cette pratique, mise en avant par des spécialistes canadiens ne seraient heureusement que très minoritaire.

     

  • Comment apprendre à rebondir après l’échec ?

    Toutes les plus grandes réussites professionnelles ont très souvent été précédées d’échecs cuisants. Les plus grands patrons du monde, les plus grandes stars sont passés par ce moment où on se dit que tout est à recommencer, une fois de plus. Il existe des trucs et des astuces pour surmonter l’échec et des décisions à prendre pour s’en éloigner. L’échec est en fait une expérience à célébrer pour en apprendre davantage sur soi. L’échec est en fait une étape comme une autre de la réussite professionnelle. Explication.

    "Aux Etats-Unis, lorsque vous ouvrez un compte professionnel à la banque, on vous demande en guise de préalable à toute discussion si vous avez déjà fait banqueroute. Si la réponse est oui, vos taux d'intérêts sont plus bas, parce que l'on part du principe que vous avez cette expérience et que vous ne referez pas les mêmes erreurs ». Cette anecdote, racontée par le conférencier et spécialiste RH Jean-Noël Chaintreuil résume bien des choses. Oui, l’échec peut être une occasion unique de recentrer ses objectifs et d’avancer.  Mais pour cela, il faut comprendre que nous ne sommes pas égaux face à l‘échec car l’échec n’est pas une donnée objective.

     

    Dans son sens le plus général, un échec est une situation qui résulte d'une action n'ayant pas abouti au résultat escompté. Mais ce résultat peut être variable selon les personnes. Un entrepreneur va estimer que ne pas progresser de 10% en chiffre d’affaire sur l’année est un échec alors que son directeur financier estimera que la situation est « passable ». Il y a donc une donnée personnelle et subjective à l’échec. Et c’est cette donnée qui est la plus complexe à dépasser car elle est au fond de nous.


    Comment gérer l’échec ?

    Il n’y a pas de recette magique pour apprendre à surmonter l’échec. Cela dit, quelques trucs et conseils existent.

    Le premier, c’est qu’il est important de distinguer la stratégie de la personne. Lorsque l'on tente quelque chose, un record sportif, un gâteau au chocolat comme à la télé, un projet professionnel, … on met des stratégies en place et on essaye de l’appliquer le mieux qu’on peut. Mais avant d’essayer, rien ne nous permet d’avoir la certitude que la stratégie sera couronnée de succès. Ce qui est essentiel, en cas d’échec, c’est d’être conscient que « nous ne sommes pas la raison de l’échec » mais que l’échec résulte peut-être bien de la méthode utilisée (la recette de cuisine, l’entraînement sportif, …). Cela permet de relativiser et de se relever plus facilement.

    Le second, c’est qu’il faut savoir partager l’échec et ses émotions avec les gens qui nous entourent. Au boulot et en privé. En parler autour de soi est indispensable car ces personnes sont celles qui pourront vous aider à rebondir. Et aussi parce que ces personnes nous feront réaliser que notre échec n’affecte en rien ce qu’ils pensent de nous et de nos compétences.

    Le troisième est qu’il faut, tant que faire se peut, identifier les causes de l’échec afin de ne plus faire les mêmes erreurs. C’est aussi une étape essentielle pour développer un nouveau plan d’attaque amélioré.

    Prendre du recul

    Bien souvent plus facile à dire qu’à faire, il est important de prendre du recul quand nous sommes confrontés à l’échec. C’est la seule manière d’apprendre. C’est l’étape la plus compliquée car après un échec, on a tous instinctivement qu’une envie, se prouver à soi et aux autres qu’on est capable de réussir et qu’on n’est pas un « loser ». L’erreur est de vouloir se remettre en selle directement. Et pourtant, un sprinter de 100 mètres qui rate sa course ne va pas en recourir une dans la foulée pour faire mieux. Il va analyser et s’entrainer encore pour revenir plus fort, plus tard. L’entrepreneur, l’employé ne doit pas faire autre chose. Le temps est également nécessaire pour se poser des questions toutes simples sur le sens de ce qu’on veut entreprendre. Parfois, avec les jours qui passent, on ouvre des portes qu’on n’imaginait pas.

    Ce qui est important également, c’est de réfléchir à l'échec quand tout va bien. C’est un état d’esprit qui permet de réaliser que nos succès ne sont pas forcément que le fait de notre génie personnel mais bien d’un puzzle à plusieurs pièces qui interagissent. Ce mindset permet de gérer plus facilement les virages un peu dangereux et les échecs puisqu’il rend la responsabilité de l’échec plus collective. Ce qui est nettement plus facile à vivre.

  • 4 raisons de devenir éco-responsable et 7 conseils pour y arriver

    Depuis une quinzaine d’années, de nombreuses sociétés essayent de devenir éco-responsables. Des mesures sont prises, des chartes internes sont signées. En Belgique, il n’existe pas de chiffres concrets concernant le nombre d’entreprises engagées en « éco-responsabilité ». Mais selon les spécialistes, une bonne moitié des entreprises belges aurait pris la voie verte d’une manière ou d’une autre. C’est bien et ce n’est pas très compliqué d’y arriver.

    Vous n’avez pas encore osé franchir le cap de l’entreprise dite éco-responsable ? Vos concurrents l’ont, eux, peut-être déjà franchi. Et peut-être même depuis longtemps. Cela n’a aucune importance. Il n’est jamais trop tard pour commencer. Les raisons qui motivent un tel choix sont en effet nombreuses.

    • La première est bien sûr, l’image. Les consommateurs sont aujourd’hui très attentifs aux produits qu’ils achètent et sont davantage enclin à acheter vos produits ou services, s’ils savent que votre société s’inquiète de son impact sur l’environnement.
    • La seconde, c’est que mettre en place des actions écologiques concrètes (recycler, gérer sa consommation d’énergie…) permet à moyen terme de faire des économies.
    • La troisième est que le développement durable et les démarches cherchant à optimiser l’usage énergétique et à diminuer l’impact environnemental sont aujourd’hui des critères importants dans l’évaluation et la notation des entreprises. De nombreux investisseurs, comme la banque HSBC par exemple, ne financent plus que des projets dont la rigueur environnementale est avérée.
    • Enfin, une autre bonne raison de prendre la voie de l’écologie, c’est que beaucoup de futurs collaborateurs s’engagent d’avantage dans des sociétés à la réputation écologique forte. Dit autrement : pour être un pôle d’attraction de nouveaux talents, il faut montrer patte verte.

     

    Comment devenir éco-responsable ?

    Il y a plein de manières de devenir éco-responsable. Pas besoin de beaucoup d’investissements ou de grand effet d’annonce. Des petites choses concrètes peuvent rapidement et radicalement changer l’impact « vert » d’une entreprise.

    • Le premier réflexe c’est d’utiliser moins de papier et d’encre. On a tous déjà imprimé des documents volumineux ou des mails qu’on n’a finalement pas utilisés. C’est un gaspillage sans nom.
    • Le second réflexe est de trier. Cela consiste à séparer les déchets papiers, les déchets organiques, les déchets plastiques et les déchets non recyclables.
    • Le troisième réflexe, c’est apprendre à bien utiliser l’eau. En entreprise, on peut par exemple équiper les robinets de capteurs qui ne permettent de laisser couler de l’eau que lorsque la personne est présente.
    • Le quatrième réflexe est l‘achat de matériaux recyclés.
    • Le cinquième, c’est la gestion des lumières, elle aussi, essentielle. Parfois, le soir, on aperçoit des bureaux laissés allumés. Il existe des capteurs qui empêchent cela. Et même des horloges pour fixer des horaires où les lampes sont d’office éteintes.
    • Sixième conseil : Utilisez de l’énergie propre (panneaux solaires, éolien, biogaz ou géothermie). En termes de mobilité, il y a également de nombreuses possibilités de devenir vert en entreprise. Vous pouvez instaurer des jours de télétravail qui permettra non seulement un gain de temps en termes de trajets, mais aussi une réduction de l’impact écologique.
    • Enfin, dernier conseil : dépolluez l’air via des plantes vertes qui vont absorber certaines substances nocives pour la santé (ex : le benzène et le trichloréthylène).

     

    Une motivation qui s’encourage fiscalement

    Enfin, il est important de préciser que devenir éco-responsable est un travail collectif de toute l’entreprise et non pas un objectif individuel du directeur général. Depuis quelques années, l’état belge met à disposition des incitants pour encourager l’éco-responsabilité des entreprises. L’entreprise peut ainsi offrir des avantages fiscaux très avantageux qui vont impacter les comportements écologiques. C’est le cas des éco-chèques (cfr : article "Les petits ruisseaux font les grandes rivières"), du remboursement de tout ou partie de frais liés aux déplacements écologiques et ou collectifs (un abonnement de transport en commun, des frais forfaitaires pour l’utilisation du vélo, …) ou encore d’une intervention annuelle pour les collaborateurs qui utilisent des voitures électriques ou hybrides. Enfin, même s’il n’y a pas d’avantages fiscaux propres, certaines entreprises peuvent être créatives. Par exemple, en donnant des primes à des employés ou à des groupes d’employés qui ont été inspirants en termes d’écologie ou qui ont mis en pratique des idées innovantes en la matière.

  • Besoin de composer une Dreamteam ? Voici quelques clés pour y arriver.

    2019 pointe le nez. Une nouvelle année qui sera peut-être pour vous synonyme de recrutements. Engager de nouveaux collaborateurs talentueux est une étape essentielle pour la pérennité de toute entreprise. Il existe plusieurs moyens pour y arriver. Et plusieurs méthodes pour sélectionner les candidats qu’il faudra convaincre par la suite de vous rejoindre dans votre projet. Petit tour d’horizon …

    Lorsque l‘on souhaite recruter une nouvelle personne, il y a plusieurs moyens de le faire savoir. En fonction du profil recherché, certains sont plus efficaces que d’autres. Il y a évidemment les moyens classiques : publication de l’offre d’emploi dans la presse spécialisée ou grand public, appel aux structures étatiques compétentes (ONEM, …), appel à un chercheur de tête, appel au réseau de collaborateurs, … Depuis quelques années, les médias sociaux sont devenus centraux dans la recherche de nouveaux collaborateurs. Le plus connu est LinkedIN qui est the place to be en matière de recrutement. Facebook, et parfois même twitter jouent également un rôle. Mais ce n’est pas suffisant.

     

    La Marque Employeur

    Le changement majeur aujourd’hui avec les réseaux sociaux et internet, c’est que ces outils digitaux permettent aux candidats d’effectuer une recherche sur votre entreprise avant de postuler.

    Une récente étude démontre d’ailleurs que 62% d’entre eux font cette démarche. Il faut donc être minutieux et doser avec justesse votre communication pour avoir une bonne e-réputation qui va favoriser votre Marque Employeur, notion utilisée pour évoquer toutes les problématiques de l’image d’entreprise. La marque employeur est primordiale car les nouvelles générations (génération Y et millenial) attachent beaucoup d’importance à cette notion. Il s’agit donc, en toute circonstance de raconter une histoire, c’est ce qu'on appelle le storytelling. Vous pouvez par exemple montrer sur votre site comment sont accueillis les nouvelles recrues, vous pouvez aussi organiser des visites virtuelles de l’entreprise ou encore laissez la parole à vos employés. BNP Paribas Careers a par exemple ouvert un compte Pinterest où les employés postent des photos d’eux quand ils pratiquent leurs hobbies.

    Comment ne pas se tromper ?

    Une fois que vous avez fait savoir le poste vacant et que des candidats se présentent, comment être sûr de faire le bon choix ? Il n’y a évidemment pas de solution miracle. Engager quelqu’un est un mélange de compétences, de feeling et aussi un peu de chance. La grande majorité des recruteurs mettent en priorité l’accent sur l’analyse du CV et l’entretien d’embauche. Cela peut suffire mais pas toujours. Il existe aussi des outils performants qui peuvent vous permettre d’affiner votre jugement, les tests. Ces derniers interviennent généralement après l’entretien et lors d’un nouveau rendez-vous. Il y en a de différents types.

    Certains recruteurs vont utiliser des tests de « mise en situation » où le candidat est confronté à des situations réelles qu'il sera amené à rencontrer dans le cadre de ses futures fonctions. En fonction du profil recherché, certains tests seront plus intéressants que d’autres. L’avantage c’est qu’un test est un instrument de mesure plutôt objectif.

    A l‘inverse d’un entretien où le candidat peut être jugé sur son apparence, sa manière de parler, son vocabulaire… Il existe principalement deux types de tests utilisés par l'entreprise dans le cadre du recrutement ou de la promotion d'un candidat : les tests d'aptitude et d'intelligence, et les tests de personnalité (cfr ci-dessous : Le saviez-vous, le test d’ennéagramme).

     

    Que proposer ?

    Une fois le candidat sélectionné. Il faut encore qu’il signe son contrat de travail. Et là, une fois encore, plusieurs conseils peuvent être prodigués. Tout d’abord, le contexte sociétaire a changé. Le package salarial continue à avoir une forte attraction sur les candidats. Le salaire évidemment mais aussi et surtout, tous les autres avantages annexes qui deviennent pour certains incontournables (voiture, chèque repas, assurance, éco-chèques…). Malgré tout, il existe aujourd’hui une fracture de génération. 

    Toutes les études le démontrent, les plus jeunes souhaitent continuer à vivre à côté de leur travail. Celui-ci doit donc prendre en compte la valeur « vie privée » de manière plus importante qu’il y a 10-15 ans. La fracture est aussi temporelle, les jeunes talents ne souhaitent plus rester trop longtemps au même endroit (on parle de 24 mois en moyenne). Le recruteur doit donc pouvoir assurer une diversité dans le travail et des évolutions possibles afin que la motivation soit permanente.

    Une notion importante également est la transparence. De plus en plus de collaborateurs souhaitent connaître les objectifs de la société, sa manière de fonctionner et les projets à venir.

    La flexibilité est également une valeur recherchée par de plus en plus de personnes. Flexibilité d’horaire (en fonction des enfants, …) ou de lieux (télétravail). Ces deux notions peuvent jouer un rôle déterminant dans la signature d’un nouveau talent. Tout comme la possibilité de continuer à se former. Et, de plus en plus important également,  l’engagement de l’entreprise pour des causes « nobles » c’est à dire liées à des valeurs plus « humaines » : l’égalité, l’environnement, la non-discrimination, … 

    Comment faire connaître la vacance d’un poste, comment recruter et comment séduire, vous avez maintenant toutes les cartes en main pour constituer votre dreamteam. Reste alors à signer et … à entamer une belle histoire car c’est en effet là que tout commence.